l’histoire du château

Une propriété viticole
depuis plus de deux siècles

Le Château de la Croix du Casse, localisé dans le Sud de Pomerol et à la limite de Libourne, est mentionné sur des cartes datant du 18e siècle, réalisées par Pierre de Belleyme, ingénieur géographe du roi Louis XV. D’après ces documents, des vignes auraient été plantées en 1775.

Sous l’ère de la
famille Audy-Arcaute

En 1956, Georges Audy, négociant, viticulteur réputé de Pomerol, et propriétaire du Château Clinet, rachète la propriété. Il replante en grande partie le vignoble pour remplacer les ceps, à l’époque, abîmés par le gel durant l’hiver. Jean-Michel Arcaute, son gendre, talentueux vigneron et vinificateur reprend la gestion de la propriété quelques années plus tard.

Grâce à l’aide de Michel Rolland, il améliore la qualité du vin
et lui confére une excellente réputation. En 2001, Jean-Michel Arcaute disparaît dans un tragique accident de bâteau à Arcachon et laisse derrière lui ses propriétés viticoles.

La passation
à la famille Castéja

Le Groupe des Assurance Nationales, propriétaire pendant quelques années du Château la Croix du Casse, laissera Philippe Castéja et sa soeur, Chantal Preben Hansen, déjà propriétaires de 8 châteaux et de la maison de négoce Borie-Manoux, reprendre la propriété au printemps 2005 pour lui redonner un second souffle. De nombreux travaux ont été réalisés suite à l’acquisition de la famille Castéja, comme les toitures, le palissage ou encore le cuvier.

Après la découverte d’une couche d’argile en sous-sol, la terre a également été retravaillée pour faire plonger les racines et apporter plus d’éléments à la vigne et ‘in fine’ au vin.

Une nouvelle orientation

Juste après son acquisition, Philippe Castéja modernise le packaging du vin pour souligner le changement d’orientation du Château, et créé un second vin, les Chemins de la Croix du Casse, afin de renforcer l’effort qualitatif.

Pour la petite histoire, lorsque Philippe Castéja a refait le packaging du vin, il a ajouté sur l’étiquette l’emblème des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle qui est aussi le symbole de l’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem.

Cette petite croix avec une coquille Saint-Jacques au croisement des branches était autrefois sculptée sur les bornes du domaine de la Commanderie et est aujourd’hui brodée sur leur robe rouge. Sur le chemin de Saint Jacques-de-Compostelle, la croix est toujours un guide pour les pélerins, et la coquille, devenue symboliquement l’attribut de l’apôtre, est souvent accrochée aux sacs des pélerins.

This site is registered on wpml.org as a development site.